Fil de vie.

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Fil de vie.

Message par Aden Jarrard le Sam 30 Mai - 22:47

(Pour décrire ce qu'il se passe hors de nos heures de rôleplay et de connexion.)
avatar
Aden Jarrard
Lieutenant

Messages postés : 5

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fil de vie.

Message par Enguerrand le Dim 31 Mai - 14:16

Enguerrand s'étira lentement, faisant jouer ses articulations endormies dans un craquement. Sa première nuit en tant que Garde de Stormwind s'achevait, et l'aube qui filtrait à travers les carreaux épais du dortoir s'était chargée de le réveiller. Comme tout un chacun dans le dortoir, d'ailleurs.
Il lui fallut couler des regards discrets aux autres membres de la troupe pour être sûr de ne pas troubler le quotidien de la caserne, mais finalement, tout juste chaussé, la chemise insérée dans le pantalon avec soin comme à son habitude, il descendit l'escalier lui permettant de rejoindre la salle commune où se prenaient les repas. Il avala en silence sa ration, perdu dans ses pensées, au milieu d'un brouhaha léger : la caserne était loin d'être pleine.

Le Lieutenant Jarrard lui avait annoncé la vieille une séance d'entraînement, aussi, après avoir bouclé la dernière lanière de son plastron et enfilé ses gants, se rendit-il sur la place d'armes. Il se plia à la rigueur des exercices avec docilité, faisant montre d'aptitudes certaines malgré son manque d'expertise dans le maniement des masses et gourdins qu'on lui décrivit comme la meilleure arme en cas d'émeutes.
La matinée se passa bien, pour ainsi dire, si ce n'était l'évidente froideur qu'il témoigna à la 2nde classe Nnion, la saluant respectueusement comme il le devait, mais leurs interactions s'arrêtant là : Enguerrand se débrouilla pour s'entraîner à l'autre bout de la place qui accueillait la Garde, préférant de loin la manière de faire des hommes rudes et frappant franc à l'agile voleuse et ses coutelas...
avatar
Enguerrand
2e classe

Messages postés : 23

Feuille de personnage
Race: Humain
Âge : 30 ans
Descritpion:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fil de vie.

Message par Waldrade Molsen le Dim 31 Mai - 18:56

Voilà quelques jours à présent que le Capitaine Molsen commandait la Garde de Stormwind. L'intrépide guerrière n'était pas effrayée le moins du monde par la rudesse de tous ces vieux brisquards, mais elle comprit assez rapidement qu'il ne serait pas chose facile que de se faire respecter. Elle qui était une fille de la campagne, plus habituée aux rangs de la Milice du Peuple qu'à ceux de l'armée régulière, elle peinait à prendre ses marques dans la caserne. Avec tous ces bandits qui infestaient le royaume et la corruption qui, semble-t-il, avait fait son nid en hauts lieux, Waldrade ne se dissimulait point la difficulté de sa tâche.

Alors qu'au rez-de-chaussée les gardes bavassaient comme à l'ordinaire, elle entendit qu'on dissertait sur son compte : « Elle a du chic, la cheffe ! » ; « Ils aurait pu trouver quelqu'un de plus qualifié... une paysanne ! et puis quoi, encore ? » ; « Hé, Jensen, voilà deux gruaux d'argent et six qui font huit... je te parie huit gruaux qu'elle est encore pucelle ! »

Fronçant les sourcils mais ne pouvant toutefois pas s'empêcher de sourire en coin, elle se dirigea vers l'une des trois grandes fenêtres qui se trouvaient dans son bureau, lesquelles offraient une vue plongeante sur la cour déserte. Le Capitaine fit légèrement pivoter le carreau afin d'y pouvoir contempler son reflet, et lorsqu'elle eut trouvé l'angle satisfaisant, elle prit devant ce miroir de fortune les mimiques et la gestuelle d'une grande triomphatrice. C'est qu'il fallait qu'elle s'entraîne, la bougresse.

Et du bout des lèvres, elle chuchota :
— La garde a besoin d'un grand commandant.
avatar
Waldrade Molsen
Capitaine

Messages postés : 75

Feuille de personnage
Race: Humaine
Âge : 26 ans
Descritpion:

Voir le profil de l'utilisateur http://gdstormwind.wowrpg.org

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fil de vie.

Message par Enguerrand le Lun 1 Juin - 20:52

Le vent jouait doucement avec un pan du tabard d'Enguerrand, alors qu'il contemplait, accoudé au muret d'un pont, le soleil couchant se refléter dans l'eau des canaux de la fière Stormwind.
Encore tout bardé du métal de son armure, la poussière de la journée discernable par le voile qu'elle déposait sur ses grèves renforcées d'acier, il n'avait pris que le temps de déposer heaume et lance à la Caserne avant de ressortir. Il avait eu beau parcourir les rues toute la journée ou presque, à cette heure, les passants se faisaient plus rares, et flâner dans les rues plutôt que les parcourir se révélait une occupation bien plus charmante qu'il ne s'y était attendu.

Ses pensées évoluaient en tourbillons flous et légers dans son esprit, où les impressions, les sentiments et les souvenirs se mêlaient, le pied léger, comme dans une danse de village où l'unique préoccupation serait de ne faire qu'effleurer l'herbe du pré communal. Il était détendu, il s'en rendit compte - avant que cette pensée ne se mêle aux autres, et qu'il replonge dans la contemplation des eaux.

Sa journée de patrouille avait commencé d'étrange manière, lorsqu'il s'était rendu compte qu'il était placé sous les ordres de Martel, qu'il connaissait de longue date, qui s'était pourtant engagé la vieille seulement. D'un ton plus qu'amical, le Paladin avait bien expliqué qu'il avait été élevé à la qualité de 1ère classe sur ordre expresse du Capitaine, et qu'il se fiait, comme chacun de nous, il en était sûr, à son jugement ; qu'il ne souhaitait pas qu'il y ait de rancœur envers lui, et qu'il accepterait volontiers les conseils de certains hommes placés sous ses ordres afin d'accomplir au mieux sa tâche. D'un ton plus qu'amical mais d'une façon qui suggérait qu'il n'accepterait aucun  écart, aucune contestation. Sa franchise et ses manières chaleureuses avaient cependant eues l'effet escompté, et à la fin de la journée, les hommes de la patrouille riaient de bon cœur avec Martel. Ils n'étaient pas les seuls : toute la journée, Martel avait fait montre d'une curiosité, d'un intérêt et d'une sympathie sans limite envers les citoyens, s'arrêtant de droite et de gauche pour demander si tout allait bien, féliciter une mère entourée d'une ribambelle d'enfants, et souvent, passé le premier moment de surprise, les gens souriaient en retour à son sourire.
Il avait cet effet là sur les gens, Enguerrand le savait bien. Toujours plein d'une bonhomie qui sidérait le Chevalier - le Garde, pensa t-il avec un demi sourire.

Et puis il y avait le Capitaine... Enguerrand ne l'avait pas vue aujourd'hui, mais en arrivant à la Caserne, il avait appris de quelle manière magistrale elle avait remis à leur place deux hommes chahuteurs et impertinents. Il secoua vaguement la tête, faisait s'agiter la longue couette de ses cheveux. Cette femme le fascinait, en un sens. Le peu qu'il connaissait d'elle lui montrait une femme énergique, déterminée et, dans le fond, presque maternelle envers chacun de ses hommes.

Oui, il en était maintenant convaincu : il était bel et bien détendu. Avec un soupir tant d'aise que de lassitude, il se redressa, s'étira, et prit le chemin de la Caserne.

Alors qu'il finissait de franchir le pont, il se retourna, et, sans aucune hésitation, se mit à courir dans la direction inverse au cri qui appelait
"A la Garde ! A moi !" ...

(Désolé Waldrade, je n'ai pas pu m'empêcher de faire intervenir ton personnage ; j'espère que ce sera suffisamment légèrement pour que tu ne trouve rien à y redire.)


Dernière édition par Enguerrand le Mar 2 Juin - 17:42, édité 1 fois
avatar
Enguerrand
2e classe

Messages postés : 23

Feuille de personnage
Race: Humain
Âge : 30 ans
Descritpion:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fil de vie.

Message par Aden Jarrard le Mar 2 Juin - 4:36

Le Lieutenant Jarrard est un officier assidu. Si tant est que l'on lui en donne l'occasion, il se fait un véritable plaisir de s'impliquer dans la vie de caserne, autrement que par de nombreuses plaisanteries à la qualité aléatoire.

Chaque matin, à huit heures, les recrues comme les vétérans essuieront un entraînement exigeant mais efficace, composé d'endurance et de maniement des armes. Centrés sur l'épée à l'heure actuelle, il s'intéresse à chaque nouveau venu tout particulièrement, pour leur éviter des fautes dans les mouvements ou dans les pauses.
Et, chaque matin, les recrues sont libérées deux heures plus tard pour qu'elles prennent leurs activités. Patrouilles, gardes, surveillances, le lot commun des gardes de Sa Majesté.

Il ne se montre en vérité que très peu affecté par les changements ; restant lui même en toutes circonstances. Souvent visible au détour d'un couloir, occupé à bavarder avec ses vieux camarades de la garde. C'est qu'ils semblent bien se connaître, lui et les sept factionnaires.
avatar
Aden Jarrard
Lieutenant

Messages postés : 5

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fil de vie.

Message par Enguerrand le Ven 5 Juin - 14:27

La fatigue qu'Enguerrand pouvait avoir ressenti une minute plus tôt avait disparue, remplacée par une tension nerveuse douloureuse. En tant que Garde de Stormwind, il n'avait eu d'autres tâches que de patrouiller et de s'entraîner, mais l'appel à l'aide qui venait de retentir représentait sa plus grande responsabilité : protéger le peuple de Stormwind.

Il dépassa rapidement le premier croisement, tendant l'oreille à travers le souffle bruyant de sa respiration. Ses yeux se plissaient bien malgré lui : le soir pointait le bout de son nez, et le soleil couchant qu'il avait en mémoire ressemblait en réalité bien plus à une nuit qui se lève.
Un nouveau cri, bien plus tremblant cette fois-ci, lui indiqua la route à suivre, et bientôt, il débouchait sur une petite place coincée entre quatre bâtiments dont les façades étaient aveugles, alors que deux autres ruelles en partaient. Les hautes maisons et leurs colombages rendaient plus profonde encore l'obscurité naissante, et il mit un instant à situer la provenance des petits gémissements que le silence complet laissait entendre.

Un homme était affaissé contre un mur, les deux mains serrées convulsivement sur sa poitrine. Lorsqu'il croisa son regard, ce dernier se releva vivement et vint vers lui avec des cris mi-colère, mi-frayeur :

"Ah, Garde, Garde, aidez-moi ! J'ai été détroussé ! Volé ! On m'a volé  ici même, Garde, on m'a dépouillé !"

Enguerrand leva les mains en signe d'apaisement, les yeux fouillant les alentours, mais la place était définitivement vide à leur exception.

"N'avez-vous rien ?", demanda t-il.
"Comment ça, si je n'ai rien ? J'ai été victime d'un vol, Monsieur, et vous me demandez si je n'ai rien ? Toute la recette d'une cargaison d'épices, envolée. Ah, j'ai été bien sot de croire que les rues étaient sûres !"

La colère l'avait définitivement emportée chez le petit homme replet qui faisait face à Enguerrand, mais à ces mots, il fronça les sourcils dans un signe évident d'agacement.

"Monsieur, calmez-vous. Calmez-vous. Maintenant dites-moi, avez-vous pu voir votre agresseur ?"
Malgré son mécontentement, le marchand - ce devait être un marchand, au vue de sa tenue - s'était tu devant le ton sans appel d'Enguerrand.
"Pensez bien qu'il s'est caché de moi, ah, sinon il aurait eu la démonstration qu'il ne faut pas s'en prendre à moi, et..." Le marchand continua ainsi une dizaine de seconde, le ventre gonflé comme un crapaud essayant de se faire plus important qu'il ne l'est. "... mais j'ai bien senti que c'était une femme, et si vous voulez mon avis, c'était une de ces satanées elfes, mauvais genre, si vous voyez ce que je veux dire, on ne devrait pas les laisser entrer en ville, parce que..."
Enguerrand lui coupa la parole d'un ton qu'il s'efforça de rendre neutre :
"Les Elfes sont des membres de l'Alliance et de ce fait, ont tous les droits de circuler en ville. En revanche, un voleur reste un voleur et en dehors des lois de notre Roi, et il sera donc puni. Vous rappelez-vous quoique ce soit d'autre ?"
"Hum... Alors qu'elle s'enfuyait, j'ai cru distinguer un foulard rouge autour de son cou. Comme ceux qu'on utilise pour se couvrir le nez et la bouche, oui."

Enguerrand soupira. L'examen minutieux de la place et des premiers mètres de chaque ruelle n'avait bien sûr rien révélé. Faisant signe au marchand de le suivre afin de prendre sa déposition à la Caserne et de prévenir le Capitaine, il se mit en route sans un regard en arrière.

Alors qu'il quittait la place, un souffle d'air l'effleura, et il lui sembla entendre comme un murmure riant, provocateur, lui effleuré les oreilles.
Et ce courant d'air disait :
"Vos Rois ne sont grands que parce que vous êtes à genoux..."
avatar
Enguerrand
2e classe

Messages postés : 23

Feuille de personnage
Race: Humain
Âge : 30 ans
Descritpion:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fil de vie.

Message par Skilgannoon le Lun 8 Juin - 8:17

Skilgannoon ouvrit les yeux. Rien ne valait à ses yeux une bonne nuit de sommeil au pied d'un arbre, même si celui-ci se trouvait en plein milieu d'un territoire ennemi. Il se leva agilement, s'étira et regarda les corps autour de lui. L'escarmouche d'hier lui revenait en mémoire: les hurlements de rages des orcs, le vent soufflant entre les brances, la haine parcourant ses veines.
Skilgannoon, l'Elfe guerrier. Le Démon de la Forêt serait plus juste. Cette rage berserker, il devait absolument apprendre à la contrôler. Sans quoi, ces jours dans la Garde de Stormwind serait compromis. Comme dans l'Aube d'Argent. Il revit passer devant ses yeux ses nouveaux camarades, l'intriguant Enguerrand, le fidèle Jarrard, la courageuse commandante Waldrade. Il se devait de profiter de ses moments, avant de voir ce monde changer à nouveau, le temps emportant la vie des Humains, comme l'eau emporte la feuille.
avatar
Skilgannoon
Capitaine

Messages postés : 804

Feuille de personnage
Race: Elfe de la nuit
Âge : 131
Descritpion:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fil de vie.

Message par Martel de Hautetour le Mer 10 Juin - 18:30

Martel finissait de mâchonner un quignon de pain sec, le dos nonchalamment appuyé contre un des murs de la belle Caserne, un mur aux pierres d'un blanc cassé qui ne s'effondrerait jamais. Il prenait une pose bien méritée, et de toute manière, exceptions faites du Capitaine et des Lieutenants, personne ne lui dirait rien : il était première classe, tout de même !
Cette pensée lui provoqua un petit rire. Il ne savait pas trop pourquoi le Capitaine l'avait catapultée à ce grade, mais il s'en accommodait bien. Non pas qu'il offrait de substantiels avantages, non ; il se savait simplement à même de veiller sur les autres, de les guider et, pourquoi pas, de les commander, il s'en rendait compte.

Il aimait bien ce qu'il faisait : plus encore que sur un champs de bataille, il avait le sentiment de servir la Lumière, de la même manière discrète et personnelle qu'il l'avait toujours fait. Oh, lorsque le besoin s'en faisait sentir, il savait convoquer la puissance de la Lumière pour frapper ses ennemis et apaiser les douleurs de ses alliés ; mais ce qu'il préférait par dessus tout, c'était voir les gens sourire, marcher d'un pas léger, danser et chanter. C'était selon lui la meilleure preuve que la Paix régnait.

En parlant de sourire, la vendeuse de fruit qu'il rencontrait presque à chacune de ses patrouilles en avait un charmant. Clara était son prénom, et ses pommes les meilleures de toute la ville. Il l'aimait bien : timide, ses joues rosissaient à chaque fois qu'il s'arrêtait parler avec elle, et il attendait toujours avec impatience le moment où il ferait semblant d'examiner ses fruits d'un œil critique avant d'en choisir un tout à fait au hasard. Il sourit en pensant à ce que dirait son bon ami Athelstan de tout cela.
Martel était convaincu qu'un servant de la Lumière avait tous les droits d'aimer et de se marier : fonder une famille ne ferait que renforcer sa détermination à protéger ces terres, ne lui donnerait que plus de courage lorsque les nuées s'accumuleraient. Mais cette tête de mule de prêtre persistait à dire qu'un servant de la Lumière devait lui dédier sa vie, d'autant qu'il était ainsi impossible de menacer la vie des siens pour l'atteindre.

D'un haussement d'épaules, Martel chassa ces idées comme on se débarrasse d'une poussière. Puis un large sourire s'épanouit sur son visage, et il se mit à siffloter un air joyeux, alors qu'il se disait en lui même : "Ah, c'est peut-être de marier la Capitaine qu'il faudrait se soucier ! Avoir un homme à elle lui ferait grand bien !"
avatar
Martel de Hautetour

Messages postés : 2

Feuille de personnage
Race: Humain
Âge : 32 ans
Descritpion:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fil de vie.

Message par Enguerrand le Jeu 11 Juin - 21:43

Martel avait réussit à traîner Enguerrand hors de la Caserne à grand renfort de bourrades amicales et de promesses mielleuses. Le fait était que le guerrier n'avait rien à faire, et que plusieurs des hommes qui fréquentaient Martel avaient décidé de se rendre à la taverne du "Cochon Siffleur", située dans la Vieille Ville : l'occasion ne se présenterait pas deux fois, et Enguerrand avait finalement décidé de les accompagner.

Ils avaient tous quitté leurs lourdes armures et leur tabard emblématique, car ce soir, Enguerrand l'avait compris, ils n'étaient pas des Gardes. Vêtu d'une chemise bleue toute simple, enfoncée comme à son habitude avec soin dans son pantalon, des bottes d'un cuir épais au pied, Enguerrand tentait de ne pas prêter attention à l'élégante et exubérante tenue de son ami Paladin : s'il s'était prêté à l'obligation de porter du bleu, Martel portait malgré tout des vêtements d'une coupe impeccable, qui laissaient entrevoir de discrètes brodures aux manches, aux ourlets de ses bottes, et son pantalon avait un aspect soyeux impossible à ignorer. Enguerrand savait de manière très vague que le Paladin appartenait à une famille de petite noblesse, et il s'habillait comme tel.
La bouche d'Enguerrand se tordit en une grimace douloureuse lorsqu'il se rendit compte qu'il enviait l'insouciance de son ami : pouvoir porter haut sa condition, son nom... C'était une chose qu'il s'était interdit voilà bien longtemps.

Le rectangle de lumière que laissa sortir la porte qui s'ouvrait devant eux tira le guerrier de ses réflexions maussades, alors qu'un air de musique célèbre, "
La fille du charretier", accompagné de chants enthousiastes, remplissait l'espace sonore. La soirée s'annonçait mouvementée.


Enguerrand, le nez plongé dans sa chope, laissait ses compagnons profiter pleinement de leur bonne humeur. Comme toujours, après un temps passé à bavarder et à rire, les autres avaient gagné en enthousiasme et en agitation, alors qu'il commençait à songer à rentrer. Il avait vu Martel partager une gigue avec deux filles différentes, plusieurs des hommes s'amuser à taquiner une serveuse avec juste assez d'insistance pour qu'elle ne s'en vexe pas, ou se lancer corps et âmes qui dans une partie de dés, qui dans une partie de cartes. Il aurait bien aimé les rejoindre, mais il s'en savait incapable.
D'autres personnes partageaient son coin de calme relatif, soit qu'ils soufflaient entre deux danses, soit qu'ils discutaient calmement.
Une des conversation retint son oreille :
"
Comme j'te dis, mon beau frère s'est fait voler. Comme ça, en pleine rue. Et d'jour en plus ! C'pas qu'la Garde n'fait rien, non, mais on raconte qu'y'a un voleur - certains disent qu'cest une femme, même -qui est comme un fantôme. Mais si ! C'pas moi qui l'dis, mais on l'dit. Ce s'rait le sixième vol en deux s'maines."
Enguerrand avait les yeux fixés sur l'homme qui parlait, un rude gaillard au nez aplati, vêtu d'une tunique sans manche d'un marron sale, mais il ne le voyait pas : il réfléchissait, les sourcils froncés, la bouche à demi ouverte. Il avait pris quelques jours auparavant la déposition d'un marchand, mais le voleur n'avait jamais pu être retrouvé. Il avait cherché aussi longtemps que le Capitaine l'avait autorisé, pour des raisons qu'il n'avait avouées à personne, sans succès. Si jamais les vols étaient reliés...
Il se rendit compte que les deux hommes le dévisageaient, intrigués et quelque peu méfiants, penché qu'il était vers eux. Il se racla la gorge avec gêne, mais posa malgré tout la question qui lui occupait l'esprit.
"
Ce voleur... Votre beau-frère vous a t-il précisé s'il portait un masque rouge ?"
"
Oui-da, c'est bien la seule chose qu'il a pu voir. Comment qu'vous savez ça ?"
"
J'ai déjà eu affaire à lui", répondit Enguerrand, laconique.
Le visage des deux hommes se ferma presque en même temps, plus méfiants que jamais, mais avant que personne ne puisse reprendre la parole, un cri couvrit et la musique, et tout le bruit qui régnait dans la salle, sans pour autant interrompre ni l'un ni l'autre.

Portant son regard dans la direction d'où était venu l'exclamation, il constata que la foule y était mouvementée, le bruit plus intense qu'ailleurs. C'est alors qu'il remarqua Martel, aux aguets, qui grimpa soudainement sur une chaise et qui, de sa voix d'habitude si sympathique, poussait un autoritaire "
Gardes, avec moi !" avant de plonger dans la foule.
Des quatre coins de la salle, les hommes de la Garde abandonnèrent leurs activités, laissant indistinctement et sans hésitations gains, cartes, chopes et partenaires de danse afin de rejoindre au plus vite leur supérieur, dans un ensemble quasi-parfait.

Enguerrand sentit son coeur se gonfler d'une émotion qui lui serra la poitrine et lui fit monter les larmes aux yeux. Il s'était trompé lourdement. Ce soir, plus que jamais, ils étaient Gardes. Ils le seraient à chaque minute de leurs vies, qu'ils soient en fonction ou de repos, qu'il vente ou qu'il neige. Ils ne seraient qu'un, un corps puissant dont le Capitaine serait la tête, et il faisait partie de ce tout.

Avec un grognement de joie féroce, il se leva et écarta de ses bras puissants les badauds qui traînaient sur son chemin, sa voix résonnant avec fracas alors qu'il criait : "
Place, place à la Garde !" et qu'il se joignait à ses compagnons afin de mettre un terme à la bagarre, déclenchée par un mauvais perdant, qui menaçait désormais de tourner en affrontement général...


Dernière édition par Enguerrand le Jeu 25 Juin - 11:00, édité 2 fois
avatar
Enguerrand
2e classe

Messages postés : 23

Feuille de personnage
Race: Humain
Âge : 30 ans
Descritpion:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fil de vie.

Message par Tarlyn Lawren le Mer 17 Juin - 22:13

     La nuit n'allait pas tarder à tomber...Tarlyn se tenait assis sur son lit, dans sa sombre chambre d'hôtel.Il avait retiré son équipement, l'avait soigneusement rangé dans son armoire, puis s'était allongé sur le rude matelas du lit aux bords sculptés.Son tabard était posé à côté de lui,froissé et mal plié;Tarlyn se redressa,fronça les sourcils et le prit entre ses mains calleuses.Le tissu était doux au toucher,fluide et envoûtant...le lion doré qui rugissait en son centre chatoyait à la faible lumière d'une chandelle posée non loin de là, comme pour chuchoter aux oreilles du jeune garde ce qu'il devait faire.
   Tarlyn sourit et se leva, alla jusqu'au miroir ovale qui trônait au fond de la pièce, et revêtit son équipement avec lenteur.Puis il mit son tabard...le miroir lui renvoyait l'image d'un jeune homme grave et sombre,vêtu de mailles; à son côté pendait une longue épée dont la lame blanche luisait doucement dans le noir.Dans son dos était accroché un petit bouclier rond, un peu cabossé à force de recevoir des coups.Mais Tarlyn ne voyait que le tabard...il ondulait à chacun de ses mouvements, comme un étendard dans le vent.
   Il était reconnaissant envers le Capitaine Waldrade de l'avoir accepté dans la Garde.Quelle femme incroyable que celle-ci ! Energique, forte, courageuse et fière...Elle se montrait revêche, mais elle était maternelle envers ses Gardes. Oui, maternelle, malgré son air cuirassé de guerrière, malgré ses gestes précis et secs comme un coup d'épée,malgré son regard dur qui vous perçait de parts en parts et sa façon d'aller droit au but sans s'encombrer de menus détails...
         Coupant court à ses rêveries, Tarlyn se dirigea vers la porte, éteint la chandelle puis sortit de sa chambre.Il descendit rapidement l'escalier massif en chêne, salua silencieusement les dernières personnes encore attablées.Après ces quelques heures de repos, il allait entamer son premier tour de garde...Posant la main sur la poignée polie de la porte de l'auberge, il souffla un bon coup puis se lança dans la rue.Le vent chaud le happa,lui apportant une odeur de fer, de pain chaud et de teinture...Tarlyn sourit, puis commença lentement sa ronde.Il arpentait les rues sans bruit, observant les rares passant qui traînaient encore sur les trottoirs, les chats noirs et poussiéreux dormant sur le rebord des fenêtres,les marchands fatigués et grognons qui rangeaient leur marchandise.Il bifurqua à droite vers la Banque.Un petit groupe d'adolescents marchait, les bras chargés de lettres et de sacs emplis de manuscrits.L'un d'eux fit tomber sa sacoche et ses feuilles, et Tarlyn se baissa pour la ramasser; un des garçons l'aida à rassembler la paperasse.Ils remercièrent le jeune Garde, puis partirent rapidement.Le temps qu'ils disparaissent, Tarlyn se rendit compte que sa bourse n'était plus à sa ceinture.Les filous, se dit-il.Ils l'avaient bien eu.
 Il s'engagea dans la ruelle par où ils s'étaient évanouis.Il tourna à gauche vers les canaux et aperçut le garçon à la sacoche qui allait à sa rencontre.Sans ses compagnons. "Je me suis rendu compte que c'était mal; je suis désolé."Il rendit à Tarlyn sa bourse et recula.Le Garde le prit par le bras."Attends.Comment t'appelle-tu?"Le garçon le regarda d'un air de défi."Jorry,m'sieur." Puis"Lachez-moi!" Et il partit en courant vers le Quartier des Nains. Tarlyn le regarda courir un bref instant et se dit:"Ah, s'ils étaient tous comme celui-là !" Raccrochant sa bourse en cuir à sa ceinture, il reprit sa ronde en songeant à ce garçon solitaire qui avait regretté son geste.Puis il se rendit compte que ce garçon lui était familier, très familier.Encore un mystère parmi ceux très nombreux de la Cité de Stormwind.Tarlyn sourit encore une fois et se promit de résoudre cette énigme, un de ces jours, quand on cesserait de détrousser les gens.Quand il pourrait tranquillement se promener, sans souci, dans les calmes rues de la Cité...
avatar
Tarlyn Lawren
1re classe

Messages postés : 205

Feuille de personnage
Race: Humain
Âge : 23
Descritpion:

Voir le profil de l'utilisateur http://www.d3000izelan.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fil de vie.

Message par Skilgannoon le Ven 19 Juin - 12:29

C'était une journée paisible comme les aimait Olek. Il était de repos et plutôt que rester enfermé dans la caserne, l'Elfe avait préféré sortir voir la ville sans le rôle de Garde. Les même artisans oeuvraient dans leur commerce, le saluant lorsqu'il l'apercevait. Les enfants courraient à travers la ville, se volant des poupées, se moquant des autres. Amis la seconde d'avant, ennemi à la suivante. Puis tout est oublié. En regardant ces enfants, Skilgannoon voyait les humains dans l'ensemble. Une vie d'humeur qui ne dure qu'une fraction de seconde. Peut-être que si les Elfes vivaient ainsi, ils seraient plus proche des sentiments.
Plongé dans ses pensées, l'Elfe entendit une femme crier. Il se précipita vers le hurlement et déboula dans la maison de Guilde, où il vit Elisabeth Ross en pleine effroi devant... un araignée.
Elle se tourna en entendant la porte s'ouvrir et fut surprise de voir le Garde Skilgannoon arrivé à son secours.
Tremblante, elle pointa son ennemie du doigts:
-S'il vous plaît, aidez-moi, je déteste ces choses.
Le garde était perplexe mais se dirigea vers l'araignée, la prit entre ses doigts et alla la déposer dans l'arbre à côté de la boutique.
Lorsqu'il revint dans la pièce, la jeune vendeuse avait repris un semblant de contenance, et, bien qu'elle paraissait pâle, elle ne put s'empêcher de rougir en regardant l'Elfe.
-Merci beaucoup. Je suis tétanisée devant ces horreurs.
Skilgannoon sourit pour la rassurer, provoquant encore plus de rougeur chez la jeune femme.
-Ce n'est rien, ma Dame. Même si je ne suis pas de service, je suis toujours là pour aider.
Il s'inclina et s'apprêta à repartir.
-Attendez, s'exclama Elisabeth Ross. Euh, j'aimerais vous remercier.
-Vous n'avez pas à le faire.
-J'y tiens. Que diriez-vous d'un dîner, ce soir? Je ferme la boutique au public quand la nuit tombe.
Le Garde sourit et s'approcha de la jeune femme, lui prenant la main pour la baiser.
-Ce serait avec grand plaisir. Alors, je vous souhaite une excellente journée et à ce soir.
Puis il repartit dans les rues de la Cité, laissant la jeune femme à ses rêveries, les joues cramoisies.
-Qu'il est beau! soupira-t-elle.
avatar
Skilgannoon
Capitaine

Messages postés : 804

Feuille de personnage
Race: Elfe de la nuit
Âge : 131
Descritpion:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fil de vie.

Message par Hawker le Jeu 25 Juin - 10:08

Hawker a écrit:Je vais mourir... C'est une certitude que chaque garde doit faire face dans la mesure où il signe le papier pour s'engager, mais même lorsque celui-ci est mortel. Je vais mourir, c'est le sort qui nous attend tous, je vais mourrir, mais pas aujourd'hui.

Cela fait désormais 3 jours que Hawker avait reçu une missive spéciale pour le comté de Darkshire ou celui-ci expliquait que le haut commandement lui avait demandé une mission par rapport à ses relations avec la population locale. Depuis 3 jours, aucune nouvelle de sa part même pas une lettre, il avait quitté la garde par une de ses blagues habituelles sur l'elfe de la bande.

Ensuite, il prit son départ à pied, il avait prévenu que cela ne durerait pas plus de deux jours et que l'aller-retours serait le plus long.

Voilà une chose importante qui se produisait au sein de la garde!

(Quête Rp disponible: à la recherche de Hawker!)
avatar
Hawker

Messages postés : 7

Feuille de personnage
Race: Humain
Âge : 20 ans
Descritpion:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fil de vie et autres

Message par Tarlyn Lawren le Jeu 2 Juil - 18:13

La route serpentait paresseusement entre les collines, poussiéreuse et creusée par les intempéries...cette même route qui allait mener Tarlyn vers un destin encore incertain.Pourquoi avait-il accepté? Que lui avait-il pris sur le moment? Et que faisait-il en plein cœur des Marches de l'Ouest ? Jorry le regarda tristement et  Tarlyn secoua la tête, indécis. Dans sa main pendait un sac brun où étaient rangées leurs provisions pour ce voyage étrange...Son tabard claquait au vent, lui sussurant que c'était pour la Garde, pour Jorry et pour lui aussi qu'il se tenait sur cette route, à côté d'une borne indicatrice qui affichait plusieurs directions. Seul avec sa peur et son passé. Tarlyn songea à ce qu'il s'était passé la veille. Il marcha jusqu'à un arbre épineux , s'assit sur la mousse verdoyante et ferma les yeux. Jorry s'allongea à ses côtés.

" Non, non et encore non!" Ces protestations venait d'un messager en sueur qui tenait une lettre en vélin entre ses mains tremblantes.Il me regardait avec un air de chien battu." Je ne comprends pas. On m'a dit que je le trouverais à Stormwind ! C'est insensé..." Je fixais intensément cet homme fatigué aux cheveux en bataille. Je lui donnais la trentaine; ses yeux noirs comme le jais roulaient en tous sens, il gesticulait sans cesse et sa bouche se tordait bizarrement quand il disait quelque chose. c'était assez comique à voir..."Venez avec moi." Le messager, arrêtant un instant ses litanies, m'obéit et je le conduisis à l'auberge de la Rose. La tenancière me sourit gentiment quand elle m'aperçut sur le seuil de sa charmante bicoque.Elle nous conduisit, mon compagnon et moi, à une table basse sous un escalier en chêne sombre. Un mince chandelle était posée sur la table et diffusait lentement son infime lumière, éclairant le pommeau de mon épée...Je m'assis et commandait un simple pichet d'eau. Pas d'alcool pendant le service. De toute façon, je n'aimais pas beaucoup la bière, acre et métallique de cette auberge...L'homme me prit le bras et le secoua vivement." Mais vous ne comprenez donc rien !! C'est important. Je DOIS trouver ce jeune homme. Je risque de mourir si je ne fais pas mon travail." Oh.Eh bien ce n'était pas un messager comme les autres. Surtout avec des nerfs aussi peu résistants que les siens...Buvant une gorgée d'eau, le messager me regardait, anxieux. Je m'éclaircis la voix." Et si vous vous présentiez, messager? Si vous voulez savoir qui je suis... Garde Tarlyn Lawren ,2è classe aux ordres des officiers de la Garde de Stormwind et au service des citoyens."Il sursauta à mon nom, me regarda étrangement puis répondit à ma demande." Je me nomme Farry Longues-Jambes. On m'a donné ce surnom à cause de ma rapidité sur les routes lorsqu'une missive m'est confiée." Il sourit." Vous devez me croire fou...la plupart des gens d'Elwynn le pensent ! Mais là n'est pas la question.Je crois pouvoir vous faire confiance. Si votre statut vous autorise à m'aider."Je me penchai vers lui, l'air sérieux." Un Garde est au service des citoyens, Farry. Toute sa vie." Je ris doucement devant son air contrit. " Ce n'est pas un poids, vous savez.Enfin, ça dépend des jours...Bref. Où en étions-nous ?  Pour répondre à votre question, vous pouvez me faire confiance, et je peux vous aider dans la mesure du possible. Je suis un homme de parole." Farry hocha la tête, et sortit la lettre de sa sacoche en cuir patiné. Je buvais lentement, le regardant par dessus le bord du verre. Il toussota." Le fait vous vous m'ayez donné votre nom ne va rien arranger. Celui qui a rédigé cette lettre se nomme...Raghan Lawren."
Je recrachai toute l'eau que j'avais commencée à avaler. Le verre tomba sur le sol dallé et se brisa avec fracas. Tous les clients s'étaient tournés dans notre direction." Tout va bien, messieurs?" La petite brunette qui s'occupait du service me regarda, soucieuse. "Oui, ne vous en faites pas... Je me suis un peu étouffé, c'est tout." Je me rassis nerveusement. Je devais avoir l'air terrifiant, car Farry était collé contre le mur, l'air terrorisé. Je le rassurai."Calmez vous. Ce n'est rien." Menteur, me dis-je. Raghan, Raghan, Raghan !!! C'était impossible. Que venait faire mon frère disparu dans cette histoire ? Je le croyais mort... Je me tournais vivement vers Farry et lui demandai de s'expliquer. Ma voix tremblait. Il reprit."Raghan faisait partie des défias il y a encore quelques mois de cela. Il avait pris la tête d'un groupe particulièrement bestial et se proclamait dictateur ou je ne sais trop quoi, qu'il allait écraser l'Alliance...Mais Garrick Ladétrousse..." Je me raidis à ce nom détesté." Mais Garrick Ladétrousse l'emprisonna à Ruisselune, le fit fouetter publiquement devant tous les défias de son groupe et des autres contrées.Puis on lui mit des cangues et il fut obligé de rester aux côtés de Garrick, comme un animal de compagnie. Ce fut pour lui un moment horrible. Au bout de trois semaines, il réussit à s'échapper grâce à mon aide ( je suis un traître défias, en effet). Il se réfugia auprès de Gryan Roidemantel et se retourna contre les défias. Il a rejoint la milice du Peuple et prêté serment de servir le Roi de Stormwind et l'Alliance. Depuis il se bat farouchement pour tuer Garrick..." Je jouais avec l'anneau en or incrusté de glyphes étranges enfilé à mon annulaire, songeur. Ma colère m'avait quitté et laissait place à une sombre appréhension.Je reposai mes mains sur la table ronde." Cette lettre...?" Farry Longues-Jambes me regarda droit dans les yeux. "Non. Elle ne vous est pas adressée, si c'est ce que vous voulez savoir."Je respirai. "Voyons. Le nom est inscrit au compte de monsieur Jorry...Jorry Cheera." Mon poing se crispa et le bord de la table se fendit. Jorry...

  Tarlyn se releva et reprit son sac de voyage. Jorry ne disait rien. Le Gardel n'aimait pas penser  à l'adolescent. Le voleur de bourse, le repenti bourru, le farceur invétéré....Jorry. Il détestait qu'il soit mêlé à cette affaire. Pourquoi ce brave garçon un peu tête en l'air ? Raghan n'avait pas réfléchi sur le coup...à moins qu'il courût un réel danger. Malgré ces questions, Tarlyn connaissait la réponse. Parce qu'il avait lu la lettre de Raghan. Le Garde se passa la main dans ses cheveux et soupira...Il prit la direction de la Colline des Sentinelles.Tarlyn repensa à la fameuse lettre...Elle réapparut dans son esprit, mince feuille de papier couverte de griffures noires. La même écriture que la sienne...

" Mon cher Jorry, je n'ai pas beaucoup de temps pour m'expliquer.Tu sais que j'ai fait partie des Défias, pour mon plus grand malheur.Je me suis rebellé contre eux et ils m'ont emprisonné. J'ai réussi à m'échapper des griffes de Garrick ( cette ordure ! ) et ce bon Gryan Roidemantel m'a admis dans les rangs de la Milice. Seulement, il y a encore une chose que nous avons à faire, toi et moi. Si tu revois Tarlyn, tu peux lui en parler mais avec précaution. J'aimerais que la Garde m'aide à nettoyer Ruisselune. Définitivement. Ce sont les combattants les plus qualifiés que je n'ai jamais connu ! Mais le temps presse...ne tarde pas.La Milice faiblit de jour en jour et les défias sont de plus en plus hardis. Gryan est blessé, ses hommes sont désespérés... Je t'en prie, convaincs Tarlyn ! Même si je  ne l'ai pas revu depuis longtemps, dis lui que je pense à lui et que j'espère le revoir...Adieu, Jorry.  Ton cousin Raghan."

 Le jeune homme fronça les sourcils en songeant à la réaction de Jorry. Ce dernier l'avait regardé droit dans les yeux et s'étaitjeté dans ses bras en pleurant. Tarlyn n'avait rien dit, submergé par l'émotion. Le Garde grinça des dents en songeant qu'une part de sa famille subsistait. Et lui qui portait toujours un pan d'Ètoffe noire pour marquer son deuil éternel depuis  tant d'années... Il s'arrêta et arracha son brassard noir comme la nuit, brisant ainsi ce deuil sans fin dans les terres désolées de la Marche de l'Ouest. Jorry le ramassa et le mit dans sa poche, discrètement. Tarlyn reprit sa route et se dit qu'il avait bien fait de ne pas prévenir la Garde. Car il se dirigeait vers l'enfer...et il  allait jouer avec le feu de nombreuse vies... Tarlyn pensa à Waldrade, Skillgannoon, Berjoyce, Adélard, Jarrard, Hawker, Enguerrand...il allait les regretter. Sans interrompre sa marche, le jeune homme sentit deux larmes brûlantes couler le long de ses joues. Le prenant par le bras, Jorry lui dit "Tout va bien se passer...". Il se souvint alors qu'il avait rompu deux serments : celui de porter son deuil éternellement, et celui de ne plus jamais verser de larmes. Il rit de sa bêtise et, courant presque, il arriva à la Colline des Sentinelles. Et c'est à ce moment qu'il vit la tour en feu. Un souvenir douloureux lui revint des méandres de son enfance. Il vit un camp de bûcherons en flammes, des cadavres jonchant la terre calcinée et sa mère à genoux, blessée, qui regardait Raghan se débattant entre les mains des défias...
"Non. Pas une deuxième fois !"  Tarlyn ravala ses pleurs et déposa son sac sur le bas-côté. Prenant Jorry par la main, il courut jusqu'à la Tour et se jeta dans les flammes pour sauver son frère aîné. Sa cape brûlait, et la fumée lui brouillait la vue. Il toussait sans arrêt, mais il n'avait qu'une idée en tête : sauver Raghan... Quand Tarlyn atteint le sommet de la tour, il aperçut son frère contre la muraille, l'air perdu. A ses côtés trônait, sanguinaire, Garrick Ladétrousse, un couteau en main. Un sourire carnassier dévoilait ses dents d'une blancheur presque surnaturelle. Tarlyn se plaça devant Jorry et fit un pas." Enfin! déclara Garrick. J'ai failli attendre..."

( Quête dispo, mi-rp mi-hrp... L'extermination des Défias au Mortemines.)
avatar
Tarlyn Lawren
1re classe

Messages postés : 205

Feuille de personnage
Race: Humain
Âge : 23
Descritpion:

Voir le profil de l'utilisateur http://www.d3000izelan.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fil de vie.

Message par Skilgannoon le Jeu 16 Juil - 21:01

De retour dans sa chambre, Skilgannoon bouclait ses affaires. Ainsi, durant son voyage, il laissait derrière lui des amis, une famille. Il espèrait de tout coeur revenir au plus vite.
Il plia ses affaires et tourna le dos à la ville qui l'avait recueilli.
avatar
Skilgannoon
Capitaine

Messages postés : 804

Feuille de personnage
Race: Elfe de la nuit
Âge : 131
Descritpion:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fil de vie.

Message par Chain Sans-Nom le Jeu 16 Juil - 22:38

De retour de Sombre-Comté, Chain posa son lourd sac sur son lit. Le soleil se couchait, la ville était calme. Elle massa ses épaules endolories par le trajet, enleva ses bottes et, assise sur son lit, baigna ses pieds fatigués du voyage dans de l'eau brûlante, fermant les yeux et se détendant.
La route avait été longue, il y avait eu beaucoup de messages à faire transiter. Décidément, Stormwind et les Comtés étaient bavardes.
Chain se réveilla : l'eau dans laquelle ses pieds trempaient était froide. Le soleil se levait, elle avait dormi toute la nuit. D'un bond, elle se leva, et commença à ranger ses affaires. Puis elle huila ses deux lames, retapa son bouclier, s'arma, et sortit.
La routine des patrouilles allait recommencer pour elle.
avatar
Chain Sans-Nom
1re classe

Messages postés : 39

Feuille de personnage
Race: Humaine
Âge : 21
Descritpion:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fil de vie.

Message par Tarlyn Lawren le Mar 21 Juil - 15:28

Néant, abîme et solitude tourbillonnaient dans l’esprit confus de Tarlyn. Après 15 jours passés à Ruisselune, il revenait enfin à Stormwind, mais avec son cœur détruit à jamais...à ses côtés marchaient lentement son frère Raghan et Jorry, son cousin. Son cousin! Il allait devoir se faire à cette idée...
Le sentier qu'il suivait grimpait sur le flanc d'une colline verdoyante recouverte de Feuillargent et de Pacifique. Autour d'eux se dressaient d'immenses arbres aux branches fines et feuillues qui étendaient majestueusement leurs ombres apaisantes dans la Forêt d'Elwynn...Tarlyn réajusta la lanière de sa sacoche qui lui sciait l'épaule et bifurqua à droite. Enfin, quitter ce maudit chemin de terre était un soulagement. Ils ne se perdraient plus, cette fois. Jorry toussa et demanda une pause. Tarlyn observa le soleil. Huit heures du soir. Ils avaient bien avancés...Raghan, abandonnant ses affaires dans un coin, partit chercher un point d'eau. Il sourit à Jorry qui s'était effondré par terre, anéanti. Il ne tiendrait pas longtemps, si Tarlyn continuait à cette cadence. Jorry s'étira et s'endormit doucement contre le tronc d'un imposant chêne. Le Garde le regarda glisser dans les bras de Morphée, songeant que la route était encore longue. Non, il n'avait pas achevé sa route...et que la Garde l'attendait depuis trop longtemps.
avatar
Tarlyn Lawren
1re classe

Messages postés : 205

Feuille de personnage
Race: Humain
Âge : 23
Descritpion:

Voir le profil de l'utilisateur http://www.d3000izelan.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fil de vie.

Message par Salviati le Mer 22 Juil - 4:08

...


Dernière édition par Salviati le Mar 21 Juin - 4:12, édité 1 fois

Salviati

Messages postés : 45

Feuille de personnage
Race: Humaine
Âge : 24 ans
Descritpion:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fil de vie.

Message par Tarlyn Lawren le Ven 24 Juil - 17:28

Tarlyn s'effondra sur le sol dallé, harassé de fatigue. Des passants se retournèrent en marmonnant qu'il y avait trop d'ivrognes dans cette ville. Mais Tarlyn s'en fichait. Il n'avait pas une goutte d'alcool dans le sang, mais il était ivre de joie ! De retour, enfin ! Il avait rejoint Stormwind, et sa famille se reposait dans une cabane non loin de la Cité; ils avaient décidé de s'installer dans cette bicoque pour vivre tranquillement... Tarlyn soupira et se releva, couvert de poussière. Un chat perclus de rhumatismes lui tournait autour d'un air affamé, grinçant et feulant. Le Garde sourit à l'animal chuintant et reprit sa route. Les commerçants qu'il croisait lui faisait signe de la main, heureux de revoir ce brave Garde qui les avait si souvent sortis d'affaire.
A l'auberge de la Rose Dorée, la tenancière lui sauta au cou, folle de joie ! Il faut dire que Tarlyn l'aidait beaucoup; il se chargeait toujours de sortir à coups de pieds les clients un peu trop siphonnés. Tarlyn lui sourit galamment et prit un simple verre d'eau. Il ne devait pas traîner...car il avait un rapport à rendre et une dame auprès de qui il devrait expliquer sa longue absence. Un mince sourire étira les lèvres fines de Tarlyn en songeant à Tîïick, la blonde guerrière au caractère de feu. Oui, il devait la voir d'urgence, s'il ne voulait pas subir les foudres de sa colère et de son inquiétude...


Dernière édition par Tarlyn Lawren le Dim 26 Juil - 16:35, édité 1 fois
avatar
Tarlyn Lawren
1re classe

Messages postés : 205

Feuille de personnage
Race: Humain
Âge : 23
Descritpion:

Voir le profil de l'utilisateur http://www.d3000izelan.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fil de vie.

Message par Chain Sans-Nom le Sam 25 Juil - 22:33

"Qu'est-ce qu'on s'ennuie..."pensa Chain, pendant qu'elle sirotait sa bière au Cochon Siffleur. "La Garde s'agrandit, on a de moins en moins besoin de moi pour les missions..."Elle vida son verre et repartit patrouiller.
avatar
Chain Sans-Nom
1re classe

Messages postés : 39

Feuille de personnage
Race: Humaine
Âge : 21
Descritpion:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fil de vie.

Message par Tarlyn Lawren le Lun 27 Juil - 14:56

Tarlyn sortit de la petite taverne, un mince sourire flottant sur ses lèvres. Eh bien ! quelle soirée...il avait enfin fait la connaissance de Renu Landebrume, le fameux sergent dont tout le monde parlait. Celui-ci ne causait pas beaucoup et semblait souvent perdu dans ses pensées, mais il était fort aimable et soucieux de moindres détails dans une conversation, ce que Tarlyn avait trouvé intéressant. Mais il avait aussi remarqué que Renu ne parlait pas souvent de sa famille. Un énigmatique personnage lui avait fourni les réponses à ses questions muettes, et le jeune Garde était revenu à la taverne boire un coup tant l'histoire du sergent était troublante..." Pauvre homme que celui-là...lui aussi a un passé qu'il voudrait oublier ! "
Tarlyn se dirigea vers l'auberge pour aller se coucher, car il devait récupérer 15 jours de sommeil... Dommage que Tîïick ne soit pas en ville. Elle qui adorait les histoires de défias ! Il aurait eu pas mal de choses à lui raconter...
avatar
Tarlyn Lawren
1re classe

Messages postés : 205

Feuille de personnage
Race: Humain
Âge : 23
Descritpion:

Voir le profil de l'utilisateur http://www.d3000izelan.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fil de vie.

Message par Chain Sans-Nom le Jeu 30 Juil - 13:06

Chain sortit brutalement du sommeil, en état de choc. Déjà, elle peinait à se rappeler quel était son cauchemar, mais elle en frissonnait encore.
Elle se réveillait avec un de ces casques à boulons qui vous compriment le crâne à vous en faire sortir le cerveau par les oreilles.
"L'abus d'alcool est douloureux..." la taquina sa conscience.
Elle se souvenait : la taverne.
Après avoir arraché Angeal des mains du gobelin et rejoint le sergent-chef en haut de la cascade du lac Miroir, Chain avait subitement senti un poids très lourd peser sur ses épaules : celui de la fatigue. Sur le chemin du retour, un gamin lui avait remis une missive de Sombre-Comté.
L'Ermite, Abercromble ; il l'avait retrouvée. Elle avait lu la missive, et aussitôt la lassitude qui lui pesait augmenta, et l'appel de la taverne se fit plus pressant : oublier. Quand le sergent-chef les avait libérés, elle s'était rapidement changée en civil pour rejoindre Angeal à la taverne. Chopes et tonnelets défilèrent devant les yeux ahuris de Chain ; ses souvenirs devenaient flous à partir de là, tanguaient ; ils s'estompèrent. Elle revit le bras d'Angeal sur son épaule, ressentit à nouveau le contact du bois du parquet, de la peau d'Angeal contre la sienne, des vapeurs d'alcool... Qu'est-ce qui lui avait pris de se déshabiller ? La chaleur, pfff... quelle idée... Elle parvint à se rappeler le retour à la casemate, dans les bras d'Angeal qui décidément, tenait mieux l'alcool qu'elle ; tout cela dans le brouillard distordant que provoque l'alcool.
Tournant la tête, elle aperçut Angeal, allongé en travers du pas de la porte, ronflant encore.
"Lui n'a pas réussi à rejoindre son lit..."pensa-t-elle.
Quel était le contenu de la missive, déjà ? Elle avait oublié.
Il était trois heures du matin ; elle se leva, prit Angeal par les aisselles et le traîna comme elle put jusqu'à son lit à lui ; elle le coucha, le borda machinalement, puis revint à sa propre chambre.
La missive était là, elle la narguait, sur sa table de nuit. Son contenu lui revint brutalement en tête.

"Raté !"pensa-t-elle.
L'Ermite avait enfin rompu le silence. La mère de Chain était bien morte quand cette dernière avait deux ans. C'était elle, la goule qui l'effrayait quand elle était petite. Abercromble lui expliquait la terrible erreur qu'il avait commis en tentant de la ressusciter. Il aurait du faire appel à un paladin du Sacré. Il était désormais trop tard.
La vocation de Chain prenait tout son sens désormais.
Pour retrouver son nom, Chain allait devoir retourner à Sombre-Comté parler à l'Ermite, et tout ce que cela impliquait lui paraissait insupportable.
Derechef, elle éclata en sanglots et s'écroula sur son lit.
avatar
Chain Sans-Nom
1re classe

Messages postés : 39

Feuille de personnage
Race: Humaine
Âge : 21
Descritpion:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fil de vie.

Message par Angeal le Jeu 30 Juil - 17:19

Angeal se réveilla la mâchoire toujours douloureuse, ce gnome ne l'avais pas tant rater que cela. Il regarda un peu autour de lui, une odeur d'armures nettoyées récemment ressortait de la pièce, il était de retour dans le QG de la garde.
En se levant une douleur au crâne se fit sentir : " ah, l'alcool, décidément il faut vraiment que je me calme avec ça ".
Des bribes de souvenirs lui revinrent alors de cette soirée et principalement la vision de Chain dénudée dormant a ses coté.
Cette garde avait tout pour plaire, elle etait forte d'esprit et de corps, sa vie ressemblait beaucoup a celle d'Angeal et elle gardait toute sa beauté et sa féminité malgré l'armure en maille qu'elle porte d'habitude.
Cette présence féminine avait beaucoup manqué à Angeal et le peu de temps qu'il passa a ses coté avait grandement réchauffé son cœur endurcis avec l'âge et la guerre.
" Cette femme... il faut que je m'en méfie, je pourrais avoir de fausses illusions et tomber amoureux d'elle."
Malgré cela il n'arriva pas a penser a autre chose qu'a son odeur, sa chaleur... "Mais qui voudrais d'un vieil homme borgne, cette femme n'est pas à ta portée."
Le cœur emplie d’hésitation, Angeal décida de nouveau d'aller à la taverne le soir même pour à nouveau oublier une partie de sa vie. Mais cette fois si l'alcool ne le fit pas oublier, et un poids se rajouta sur ses épaules.
avatar
Angeal
Lieutenant

Messages postés : 76

Feuille de personnage
Race: Humain
Âge : 50 ans
Descritpion:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fil de vie.

Message par Tarlyn Lawren le Ven 31 Juil - 17:45

Un long soupir s'échappa des lèvres de Tarlyn. Longeant les canaux dans la faible lueur du petit matin, le jeune homme était perdu dans ses pensées. Que d'ennuis ! Un escroc avait resquillé la quasi-totalité de ses biens entreposés à la banque, il devait payer une somme colossale au forgeron du quartier des nains pour une épée qu'il avait fait soi-disant réparer la veille, et il venait de recevoir une lettre d'une amie qui s'était fâché contre lui pour une broutille. Tarlyn jura en silence. Sa bonne étoile l'avait quitté depuis cette fameuse patrouille à la recherche d' Angeal...mais pourquoi ?
Tournant à gauche, il prit le chemin de la caserne, dans la Vieille Ville. Il était encore trop tôt pour croiser d'autres gardes, et Tarlyn se dit que cela valait peut-être mieux. Le cœur lourd, il détacha son trousseau de clé de sa ceinture noircie et fit jouer le mécanisme de la serrure. La porte de la caserne grinça sur ses gonds, et Tarlyn entra dans la pièce. Personne. A part un grand désordre...On aurait cru qu'un ouragan était passé par là ! Les sourcils froncés, Tarlyn parcourut la salle du regard. Une chaise était renversée, et un couteau était planté dans une pile de papier, sur la table. Les étagères du fond avaient reçu des coups de lames, et les manuscrits sensés y être rangés étaient par terre, froissés.
Un bruit sourd retentit à l'étage. Tous ses sens en alerte, le garde avança lentement vers l'escalier, la main sur le manche de sa hache bleutée. Un homme de taille moyenne était assis sur le bureau du capitaine, fouillant dans les tiroirs sculptés. Tarlyn monta sans bruit l'imposant escalier, se tapissant contre le mur, là où l'ombre régnait.

- Excusez-moi, que faites vous ici, monsieur ?
L'homme se retourna et regarda Tarlyn d'un œil perçant. Un fichu noir lui barrait le front, retenant les quelques mèches blondes et cuivrées qui s'échappaient de sa queue de cheval.
- Tu n'as pas compris ! siffla-t-il en cachant les rouleaux qu'il tenait entre ses mains.
- De quoi parlez-vous, monsieur ?
- Mol'Turim reviendra, tuant tout le monde sur son passage ! Et le visage de mon Maître vous hanteraaa...
Tarlyn dégaina le poignard qu'il cachait dans sa manche, au cas où l'homme attaquerait.
- Monsieur, montrez moi votre carte de séjour et votre passe, je vous prie.
L'intrus se recroquevilla sur lui-même puis bondit. Il courut vers l'escalier et, décochant un coup de poing dans la figure du garde, il dévala les marches et sortit de la caserne. Sonné, Tarlyn descendit à son tour et s'arrêta dans la cour... il vit l'homme s'échapper par les toits. Seul son fichu noir restait sur le sol dallé. Mais qui était-il, ainsi que Mol'Turim ? Fulminant, Tarlyn prit sa mâchoire entre ses mains et jura encore une fois. La fenêtre d'une bâtisse reflétait sa silhouette mince, et il vit l’ecchymose que l'intrus au bandeau noir lui avait infligé... Fatigué, Tarlyn marcha vers la taverne du Cochon Siffleur, entra dans l'accueillante salle et s'accouda au comptoir. Il soupesa sa maigre bourse où restaient encore quelques pièces d'argent. L'aubergiste s'avança.
- Qu'est-ce que je vous sers ?
Tarlyn le regarda, l'air perdu.
-Tout ce que je peux me payer avec cet argent.
Et il jeta ses dernières économies sur le comptoir.
avatar
Tarlyn Lawren
1re classe

Messages postés : 205

Feuille de personnage
Race: Humain
Âge : 23
Descritpion:

Voir le profil de l'utilisateur http://www.d3000izelan.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fil de vie.

Message par Tarlyn Lawren le Ven 31 Juil - 18:32

Tarlyn s'effondra sur la table de la taverne, épuisé. Il en avait assez de ces problèmes qui le poursuivaient comme des chiens enragés. Et Skillgannoon et Waldrade qui ne donnaient plus signe de vie...
- La vie est injuste, marmonna-t-il dans sa barbe.
Et il s'endormit.
avatar
Tarlyn Lawren
1re classe

Messages postés : 205

Feuille de personnage
Race: Humain
Âge : 23
Descritpion:

Voir le profil de l'utilisateur http://www.d3000izelan.canalblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fil de vie.

Message par Skilgannoon le Ven 31 Juil - 18:46

Une ombre se profila entre les murs de la ville. Un Soldat se retourna et se figea en apercevant cette forme confuse. Il s'apprêta à dégainer avant de reconnaître l'identité de la personne. Il se mit au garde à vous et repartit à son poste.
- N'entrons pas comme un voleur, se dit le Lieutenant Skilgannoon.
Après une si longue absence, il n'avait qu'une envie, s'écrouler dans son lit. Il se traîna plus qu'il ne marcha jusqu'à sa chambre et se laissa tomber dans son lit. Il était de retour chez lui. Il eut une fugace pensée pour la journée de demain puis s'endormit comme une masse.

Il était chez lui.
avatar
Skilgannoon
Capitaine

Messages postés : 804

Feuille de personnage
Race: Elfe de la nuit
Âge : 131
Descritpion:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Fil de vie.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum